Société Belge d'Etudes Celtiques

  • Adapté
  • Large
  • Etroit
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

BISBEC n°251 octobre 2015

Envoyer Imprimer PDF

langues et civilisation celtiques :

cours de l’institut des hautes etudes de belgique

L’Institut des Hautes Etudes de Belgique, associé çà l’Université Libre de Bruxelles, prpose comme chaque année des cours sur la civilisation celte et ses diverses langues. Ces cours sont des cours ouverts accueillant aux côtés des étudiants des auditeurs libres pour lesquels l’accès est gratuit et n’est soumis à aucune condition d’inscription.

Le premier de ces cours, assuré par le Prof. Eugène Waremenbol, aura cette année pour thème Le cheval et le char à l’époque de la Tène du Rhin à la Seine.

C’est là un thème particulièrement alléchant . On connaît l’importance du cheval à cette époque : dans l’économie, pour le prestige social, pour la guerre, dans les rituels... La consommation de sa viande pourrait parfois avoir été réglée par des obligations religieuses... Des divinités lui ont été assimilées : Atépomaros “Très Grand Cheval”, Epona Régina “la Divine Reine Jument”...

Le cours se donnera tous les mercredis de 16H30 à 18H30 à partir du 7 octobre dans l’auditoire Jean-Baugniet de l’Institut (44 avenue Jeanne à Bruxelles).

Le cours de langues celtiques, assuré par Emmanuel Dupraz, lui succèdera à partir d’une date qui sera précisée ultérieurement.

LE MYSTERIEUX OSSUAIRE De winterborne kingston

Si les mythologies classiques se délectent d’hybrides fan-tastiques, les mythes celtes, sans les ignorer totalement,  en comptent toutefois beaucoup moins tant dans leurs textes que dans l’iconographie d’inspiration mythologique aux différentes époques où elle apparaît.

La découverte à Winterborne Kingston, dans le Dorset, de sépultures d’animaux artificiellement recomposés n’en est que plus exceptionnelle. Remontant à l’Age du Fer, elles ont ainsi livré,  aux yeux ébahis des archéologues de l’université de Bournemouth Miles Russel et Paul Cheetham, une vache dont les quatre pattes avaient été remplacées par des jambes de cheval, un mouton à deux têtes  - la sienne et celle d’un taureau -, un étalon doté de cornes de vache, une patte de vache avec un sabot de cheval, un chien encadré par trois mâchoires de vaches, une jeune fille sacrifiée (probablement égorgée) couchée sur un arrangement d’os de vaches, de moutons, de chevaux et de chiens disposés exactement sous les siens, crânes sous crâne, membres sous membres, bassins sous bassin...

Le site a encore livré cinq têtes de chevaux, quinze têtes de vaches, trois squelettes entiers de porcs et trois autres de chiens.

Les archéologues recherchent maintenant d’éventuels cas analogues dans les îles Britanniques et en Europe continentale, ainsi que dans les traditions celtes.

Dans l’ancienne tradition irlandaise, les rares hybrides sont le plus souvent d’affreux démons, tels les Gabhair-cheanna “Têtes de Boucs (ou de chevaux)”. L’exécutée de Winterborne Kingston aurait-elle été accusée d’être une sor-cière en relations avec des démons de ce genre ? Ou encore, condamnée pour une raison quelconque, à un enfer parmi eux ?

C.S.

a ydych chi yn siarad cymraeg ?

A ydych chi yn siarad cymraeg ? Parlez-vous gallois ? Pour prononcer le célèbre toponyme le plus long d’Europe Llanfairpwllgwyngogerychwirndrobwllllan tysiliogogogoch, voyez le site 

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-histoire-du-soir/20150910.OBS5636/un-presentateur-meteo-gallois-prononce-parfaitement-le-plus-long-nom-de-ville-d-europe.html

Connexion

S'abonner au fil RSS du site

Vous êtes ici : Publications Bulletin d'information BISBEC n°251 octobre 2015